Good vibrations…

Musique et blablas d’un discothécaire…

The Beach Boys-Pet sounds (1966) avril 2, 2008

Filed under: Indispensables — elliottmusic @ 9:25
Tags: , , , , ,

Pochette Pet Sounds

Pour ceux qui l’ignorent peut-être, les Beach Boys furent bien plus qu’un simple groupe de surf music et s’il fallait encore en apporter la preuve alors il suffirait d’écouter et de réecouter inlassablement cet album magique paru en 1966 qui figure encore aujourd’hui au panthéon des chefs-d’oeuvres absolus de la pop music.

Brian Wilson, compositeur majeur du 20ème siècle, génie s’il en est, écoute Revolver des Beatles en 1966 et veut faire mieux encore! La réponse est affaire de gôut et pour le moins subjective… Ce qui est sûr c’est le résultat somptueux du bouillonnement de cette fièvre créatrice. Les Beach Boys tutoient les Dieux dans cet opus où les voix sont plus complexes et sublimes qu’elles ne l’ont jamais été dans un disque de pop music et où les mélodies atteignent un degré de raffinement qui fait exploser le cadre traditionnel de la chanson (« God only knows », « I know there’s an answer », « Wouldn’t it be nice »…).

Aprés cet album, les Beach Boys vont sortir le single le plus phénoménal de la pop music, une mini-symphonie dans une mélodie de poche, « Good vibrations » et le monde ne sera jamais plus le même, il tourne toujours mais dans ces quelques mots…

…Gotta keep those lovin’ good vibrations a-happenin’ with her …

Publicités
 

The Beatles-Revolver (1966) mars 27, 2008

Filed under: Indispensables — elliottmusic @ 2:07
Tags: , , , , ,

 

Revolver pochette

Comme on passe devant la tour Eiffel sans la voir, on écoute Revolver comme s’il avait toujours fait partie de la famille. Et pourtant…quelle histoire!

Il y a 42 ans, les Beatles enregistrent ce chef d’oeuvre de la musique populaire, peut être LE chef d’oeuvre. Du jamais entendu jusqu’alors! John, Paul, George et Ringo ont ingurgité toutes leurs influences et rentrent en studio pour produire ce Revolver qui ouvrira grand les portes de la musique pop-rock à suivre. Le style remarquable de cet album c’est qu’il n’en a pas…et pourtant tous les titres s’enchaînent avec une logique implacable, tous differents mais tous clairement identifiables. Des influences soul d’un Taxman (signé Harrison) au Got to get you into my life de McCartney avec ses cuivres étincellants, de la ballade la plus subtile « Eleanor Rigby » et ses cordes fièvreuses aux premieres notes de sitar jamais enregistrées sur un disque pop « Love you to », de la gaudriole bon enfant d’un « Yellow submarine » au premier chef d’oeuvre psychédélique sorti de l’imagination fertile d’un grand Lennon « Tomorrow never knows », Revolver est peut-être le plus grand disque des Beatles.

La basse de Paul ronronne comme jamais, les guitares de John et George sonnent au mieux de leur forme, Ringo a trouvé l’équilibre d’un jeu inimitable qui fait sa spécificité.
Les voix, toujours impeccables, s’alternent parfaitement dans les leads.

La production de George Martin est remarquable, 42 ans plus tard et sans remasterisation l’album sonne comme s’il avait été enregistré la veille (…au pire l’avant-veille…)

Cet opus est lumineux, positif, intemporel et vivifiant.

Nous sommes en 1966…les Beatles sont au sommet de leur gloire, ils ont trouvé la recette et vont l’appliquer encore…